UNE JEUNE FILLE ROYALISTE

Publié le

 

Cela était d'autant plus normal que Jeanne pourrait être appelée la première des Jeunes Filles Royalistes, ce vocable excluant, comme nous le disions alors, tous les aspects " d'ignorance ", " d'inculture ", " d'inéducation ", que, l'on sous-entend dans les mots, de bergère ou .'de fille du peuple. Les troupeaux que Jeanne d'Arc conduisait appartenait à son père. Monsieur d'Arc ou Darc était le chef du village. L'historien. Siméon Luce a calculé que le revenu annuel de la famille Darc s'élevait à 5.000 francs. Combien de centaines de milliers, combien de millions peut-être, ces 5.000 .francs de 1885-1890 feraient-ils aujourd'hui ?

 

La vérité de l'histoire n'est guère favorable à l'intérêt de classe et de faction qui ne peut qu'affadir la personne de Jeanne d'Arc. Sa vraie figure serait plutôt celle d'une petite bourgeoise française, de cette bourgeoisie rurale qui composait et qui forme encore le plus touffu, le plus vivace élément du paya; classe moyenne très étendue, tellement étendue qu'il n'y eut jamais beaucoup de " peuple " 'en France: classe surtout conservatrice, car rien n'a duré sans elle; classe révolutionnaire, car rien ne s'est fait d'un peu neuf, ni un peu vivement, sans qu'elle y ait mis du sien.

 

Jeanne en était si bien, elle adhérait si peu à ce que nos contresens habituels appelleraient un prolétariat flottant et sans racines, ou une paysannerie asservie, qu'ont lit distinctivement dans sa pensée et dans son coeur, les trois Idées directrices de l'ancien Tiers-État français : le 'Patrimoine' maintenu - et la Patrie sauvée - par la Royauté établie.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article