La Politique de Jeanne d'Arc

Publié le

 

Charles MAURRAS

Numérisé par Pierre Van Ommeslaeghe,

pvanommeslaeghe@free.fr

à partir de :

La Politique de Jeanne d'Arc

Éditions de "LA SEULE FRANCE" brochure sans date

 

En quelques lignes lumineuses d'Aspects de vendredi dernier, Maurice Pujo a dit l'essentiel sur ce grand sujet.

 

Il n'est pas inutile d'y revenir. Un des principaux soucis de l'Action Française, dès l'origine, fut de bien préciser la position mentale et morale de Jeanne d'Arc par rapport à l'ordre royal, que l'on s'efforçait. de submerger sous des considérations de patriotisme strict ou de religion. Alors que les trois facteurs avaient joué ensemble, on les opposait nous les composions.

 

On fait de nouveaux efforts dans le sens de cette opposition vaine plus; pernicieuse encore que vaine. Un niais a bâti un gros livre tout exprès pour retirer son royaume à Charles VII et le restituer au seul Christ-Roi, tout à rebours des pensées, des paroles et des actes mêmes de cette Jeanne, en qui le Temporel et le Spirituel, le Naturel et le, Surnaturel se prêtaient un appui régulier et constant.

 

Pour mettre en pièces ces sottises d'hier et d'avant-hier, il suffira d'ouvrir des cahiers vieux de vingt, trente, quarante ans et d'en laisser pleuvoir une averse de vérités indiscutables, indiscutées.

 

C'est à l'Association des Jeunes Filles Royales Filles Royalistes, dans des conférences diverses faites sous la présidence de Mlle de Kerret, organisées par Mlles Yolande de Luynes, Hedwige de Cabrières et Marguerite Recamier, que la question fut constamment étudiée, c'est pour cet auditoire d'élite que l'on s'efforça de mettre chaque élément dans sa lumièrde mettre chaque élément dans sa lumière et son relief.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article